Page publique
www.cassagnes-begonhes.fr

Bandeau animé

http://www.cassagnes-begonhes.fr/public/perso/img-r52-a39.jpg

sous menu
ACTUALITéS
► Page d'accueil
► Infos pratiques
► Photothèque
► Plantes des environs de Cassagnes

calendrier
Mois précédent Décembre 2018 Mois suivant
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Cliquez sur les cases rouges pour afficher l'évènement du jour.
Rechercher : http://www.cassagnes-begonhes.fr/public/img/loupe.gif

Plantes des environs de Cassagnes


Crédit photos : M. ALZIAR Gabriel

Photothèque
Plantes des environs de Cassagnes
 
CIRSE COMMUN (Cirsium vulgare, famille des Astéracées). Grand chardon ramifié à floraison estivale aux capitules de fleurs roses. Fréquent dans les endroits ouverts, notamment dans les pâturages où les animaux le délaissent. Attire les insectes butineurs à cette période de l’année où la plupart des végétaux sont déjà en graines. LAMIER POURPRE (Lamium purpureum, famille des Lamiacées). Plante annuelle herbacée de petite taille fleurissant tôt au printemps en populations denses. Se rencontre souvent dans les friches des jardins ou d’autres pelouses naturelles fauchées, avant la croissance des graminées. BRUYERE CENDREE (Erica cinerea, famille des Ericacées). Plante ligneuse d’une cinquantaine de centimètre de haut, munie de feuilles linéaires, très courtes et denses. Elle porte au printemps de nombreuses inflorescences aux fleurs mauves. Une des plantes caractéristique des terrains siliceux et sableux. ORPIN A FEUILLES EPAISSES (Sedum dasyphyllum, famille des Crassulacées). Cette petite vivace aux tiges assez fragiles par ailleurs, résiste parfaitement à la sécheresse grâce à ses feuilles charnues ; ces dernières sont opposées et d’un vert glauque donnant un aspect typique à la plante. Comme on le voit sur la photo, elle affectionne les murs et les rochers.
STELLAIRE (Stellaria holostea, famille des Caryophyllacées). Plante vivace herbacée à longues feuilles lancéolées opposées. Très courante au pied des haies et dans les talus en bordure des routes et chemins, elle fleurit abondamment au printemps. Les cinq pétales, d’un blanc pur, sont profondément échancrés. GRANDE CHELIDOINE (Chelidonium majus, famille des Papavéracées). Très fréquente dans les murs et sur les talus pentus de Cassagnes-Bégonhès, la grande Chélidoine est facile à reconnaître avec ses fleurs à quatre pétales jaunes et nombreuses étamines, ainsi que ces feuilles composées. Cette vivace à floraison printanière est appelée aussi « herbe à verrues » mais son usage est à déconseiller fortement vue la toxicité importante de toutes les parties de la plante. EUPATOIRE CHANVRINE (Eupatorium cannabinum, famille des Astéracées). Unique représentant européen d’un genre essentiellement américain, il s’agit d’une herbacée buissonnante à croissance printanière et floraison estivale. Le nom d’espèce provient de la ressemblance des feuilles avec celles du chanvre. C’est une plante du bord des cours d’eau et des fossés humides. TREFLE INCARNAT (Trifolium incarnatum, famille des Fabacées). Parmi les nombreuses espèces de trèfles, celle-ci se distingue par une inflorescence cylindrique, allongée, panachée de rose ou rouge, et de blanc, portée par un long pédoncule. On voit sur la photo un champ de cette espèce, spontanée à l’origine, largement cultivée comme fourragère.
PANAIS CULTIVE (Pastinaca sativa, famille des Apiacées). Plus guère cultivé, le Panais se trouve sous plusieurs formes dans la nature. Il s’agit d’une herbacée bisannuelle atteignant 1 mètre lors de la floraison en plein été. Plante des décombres et des friches, elle secrète un suc transparent qui photo-sensibilise la peau et peut, en cas d’exposition au soleil de la partie atteinte, provoquer des brulures locales au deuxième degré. ORPIN HIRSUTE (Sedum hirsutum, famille des Crassulacées). Cet orpin ne se rencontre que sur des rochers et parois siliceuses, souvent en situation ombragée. Il se reconnaît à ses feuilles charnues, comme celles de l’héliophile et plus commun orpin blanc (Sedum album), mais velues et regroupées à la base en rosettes. DIGITALE POURPRE (Digitalis purpurea, famille des Scrophulariacées). Exclusive des terrains siliceux, cette grande herbacée (jusqu’à 1,5 m au moment de la floraison, printanière) fréquente les pentes éclairées des bois et chemins. Spectaculaire et facile à reconnaître, il s’agit d’une espèce très vénéneuse dont l’usage des propriétés tonicardiaques ne concernent de ce fait que les professionnels de la médecine et de la pharmacie. CAMPANULE GANTELEE (Campanula trachelium, famille des Campanulacées). Plante herbacée vivace à floraison printanière tardive, produisant des tiges dépassant souvent 1 m, généralement non ramifiées. Les fleurs, violettes, sont disposées en grappe au sommet des tiges et la corolle mesure jusqu’à 4 cm de long. Répandue dans toute la France, cette plante décorative affectionne  les talus ensoleillés et les lisières des bois.
PERCE-NEIGE (Galanthus nivalis, famille des Amaryllidacées). Le nom de cette bulbeuse traduit bien sa période très précoce de floraison en fin d’hiver ; bien entendu la neige n’est en rien obligatoire pour cette plante poussant plutôt dans des lieux ombragés. D’une taille de 20 cm environ à la floraison, elle porte des fleurs isolées à six tépales dont les trois intérieurs sont bien plus courts et maculés de vert au sommet. ORCHIS BOUC (Himantoglossum hircinum, famille des Orchidacées). Cette grande orchidée (inflorescence dépassant 50 cm) pousse dans des pelouses et garrigues plutôt sèches. Elle est aisée à reconnaître par les labelles de ses fleurs prolongés par une « languette » pendante de plusieurs centimètres de long ; en outre son odeur peu agréable est caractéristique et elle est à l’origine de son nom. La couleur des fleurs est d’un blanc rosé assez terne. GRANDE PERVENCHE (Vinca major, famille des Apocynacées). Plante vivace rampante et marcottant facilement, la grande pervenche se reconnaît, outre la taille des fleurs, à la bordure ciliée de ses feuilles. C’est une plante des sous-bois chauds. La floraison peut s’étaler longuement du début du printemps à celui de l’été. Comme la plupart des représentants de cette famille, la grande pervenche est toxique. DIGITAIRE  (Digitaria sanguinalis, famille des Poacées). Graminée annuelle à croissance estivale, elle devient rapidement envahissante dans les potagers malgré son aspect frêle. On la distingue aisément à son inflorescence formée de quelques épis grêles rattachés au sommet de la tige (le Chiendent, Cynodon dactylon, présente la même disposition florale mais c’est une plante vivace). Les épis deviennent souvent rougeâtres à la maturité d’où le nom spécifique sanguinalis.
AULNE GLUTINEUX (Alnus glutinosa, famille des Bétulacées). Grand arbre caractéristique des bords de cours d’eau, son nom vernaculaire français, « Vergne », a souvent servi à désigner des lieux géographiques. Il est monoïque et les fleurs mâles sont disposées en chatons tandis que les femelles forment des cônes. Contrairement aux autres espèces les feuilles sont arrondies et, surtout, tronquées ou échancrées à l’extrémité. PICRIDE FAUSSE-EPERVIERE (Picris hieracioides, famille des Astéracées). Plante bisannuelle de quelques décimètres de haut se distinguant par la rugosité de toutes ses parties, notamment ses feuilles lancéolées, ondulées, irrégulièrement et lâchement dentées, et d’un vert foncé. Cette espèce fait partie de ces nombreuses Composées à fleurs jaunes fleurissant en été aussi bien dans les jardins que dans les talus secs et sur les murs. GENET A BALAI (Cytisus scoparius, famille des Fabacées). Il s’agit  d’une des plantes les plus communes des terrains siliceux. Pouvant atteindre 2 m de haut, c’est un arbuste ligneux aux feuilles très éparses et rapidement caduques, l’essentiel de l’assimilation chlorophyllienne étant assuré par les nombreuses tiges, vertes. Le grandes fleurs jaunes se caractérisent par le style enroulé en un cercle presque parfait, très visible. Le nom vernaculaire, « genêt à balai », est usité pour plusieurs autres espèces de la même famille. GERANIUM BRILLANT (Geranium lucidum, famille des Géraniacées). Poussant souvent en populations denses dans des biotopes ombragés, ce Géranium annuel, d’une trentaine de centimètres de haut, mérite tout à fait son nom ; en effet, les petites feuilles arrondies et découpées, se distinguent par leur aspect luisant. Les fleurs, rose-rouge, sont par contre petites, dispersées et de ce fait peu visibles.
ARMOISE VULGAIRE (Artemisia vulgaris, famille des Astéracées). Plante vivace à floraison estivale pouvant dépasser le mètre de haut, fréquente en bordure de route et autres endroits remués et ouverts. Les feuilles sont fortement découpées, vert foncé dessus et blanches dessous à cause d’un épais revêtement laineux. Les capitules sont petits et peu colorés mais regroupés en grandes panicules terminales. L’armoise vulgaire a des propriétés médicinales malgré son absence d’odeur sur le frais, caractéristique qui la distingue de la plupart des autres espèces du genre. CLINOPODE (Clinopodium vulgare, famille des Lamiacées). Jadis classée dans les Calaments, cette plante vivace est donc un proche parent du Thé de l’Aubrac mais est complètement inodore. Reconnaissable, l’été, à ces fleurs regroupées en « têtes plumeuses » le long des tiges, elle se trouve essentiellement en lisière de bois, sur toutes sortes de terrains. CHEVREFEUILLE DES BOIS (Lonicera periclymenum, famille des Caprifoliacées). Plante sarmenteuse à base devenant ligneuse, elle est très fréquente dans les haies et les lisières de bois clairs. Les feuilles, opposées, ne sont pas soudées à la base ce qui distingue cette espèce des autres chèvrefeuilles sarmenteux. Les fleurs sont jaune pâle à rouge, souvent une même inflorescence portant plusieurs couleurs. Les baies, d’un rouge vif, sont toxiques. CROCUS A FLEURS NUES (Crocus nudiflorus, famille des Iridacées). Parmi les nombreuses espèces de crocus d’Eurasie, celle-ci se distingue par sa floraison automnale, l’absence totale de feuilles à ce moment et la couleur violette, unie. Les feuilles et le fruit ne se développent qu’au printemps suivant. Elle pousse dans les prés et pelouses pas trop humides et ne se rencontre que dans le sud-ouest de la France et le nord de l’Espagne.
ANTHYLLIDE VULNERAIRE (Anthyllis vulneraria, famille des Fabacées). Plante vivace herbacée, atteignant 50 cm, extrêmement variable notamment dans la couleur des fleurs et qui a donné lieu à la description de nombreuses sous-espèces. Les caractères communs sont des feuilles composées à foliole terminale nettement plus grande, des fleurs regroupées en glomérules et des gousses petites restant enfermées dans les calices. A Cassagnes-Bégonhès, c’est une plante assez élevée, poussant en populations denses et à fleurs jaunes vifs. GERANIUM A FEUILLES DECOUPEES (Geranium dissectum, famille des Géraniacées).
Espèce annuelle de quelques décimètres de haut, ce géranium se distingue par ses feuilles profondément découpées. Les fleurs sont petites et dispersées, roses ou mauve. Il pousse dans les milieux ouverts tels que friches et jardins.
CARLINE A FEUILLES D’ACANTHE (Carlina acanthifolia, famille des Astéracées). Ce beau chardon vivace, se présente sous la forme d’une rosette de feuilles au ras du sol, au milieu de laquelle pousse en été et au début de septembre, un gros capitule atteignant 15 cm de diamètre. Il sèche très bien tel quel et est quelque peu victime de son aspect décoratif : il est donc légalement protégé dans plusieurs régions. C’est un hôte des basses montagnes sèches. NARCISSE JAUNE (Narcissus pseudonarcissus, famille des Amaryllidacées). Bulbeuse de petite taille (40 cm au maximum), ce narcisse se distingue par ses fleurs solitaires à 6 tépales crème ou jaunes, et à tube, jaune, aussi long qu’eux. Il peut fleurir au tout début du printemps dans les endroits les mieux exposés et s’accommode de toutes sortes de biotopes, même sur sols pauvres.
BUGLOSSE DES CHAMPS (Anchusa arvensis, famille des Boraginacées). Comme la plupart des représentants de la famille, le Buglosse des champs est entièrement couvert de soies raides ; les feuilles sont allongées et ondulées sur les bords. Les fleurs (printemps et été), bleues et petites, sont regroupées en grappes très courtes au sommet des tiges. Cette rudérale se trouve au bord des champs et des chemins. PRUNELLIER (Prunus spinosa, famille des Rosacées). Cet arbuste à la floraison blanche abondante et précoce, est extrêmement ramifié et intriqué ; si l’on ajoute la présence de nombreuses épines ligneuses, on a là un des composants principaux des haies composites, offrant un abri aux oiseaux, reptiles et mammifères de petite taille. A la fin de l’été on remarque aisément ses drupes (prunelles) d’un bleu mat et d’un centimètre de diamètre, trop acerbes pour être consommées telles quelles. ORPIN A GRANDES FEUILLES (Sedum telephium maximum, famille des Crassulacées). La résistance à la sécheresse de ces orpins à larges feuilles aplaties réside largement dans leur épaisse souche ; d’ailleurs, tiges et feuilles disparaissent l’hiver contrairement à celles des petits orpins à feuilles charnues. Chez cette sous-espèce les fleurs sont d’un blanc-crème et paraissent tardivement en été. L’inflorescence atteint une cinquantaine de centimètre de haut. Cette plante pousse généralement dans des talus rocheux ou, au moins, sur sol pauvre. GNAPHALIUM DES BOIS (Gnaphalium sylvaticum, famille des Astéracées). Petite plante vivace herbacée de quelques dizaines de centimètres de haut à la floraison, un peu laineuse, on la trouve dans les clairières ensoleillées des terrains siliceux. La hampe florale, solitaire, porte de petits capitules de fleurs, vert-gris et bordés de brun
MOURON BLANC (Stellaria media, famille des Caryophyllacées). Plante généralement annuelle, à port couché, très fréquente dans toutes sortes de milieux ouverts et remués où elle occupe rapidement le terrain, dès la fin de l’hiver, grâce à cette précocité et à la facilité de la germination. Très apprécié des volailles, on l’appelle aussi le « mouron des oiseaux ». SUREAU NOIR (Sambucus nigra, famille des Caprifoliacées). Petit arbre des haies et des bois clairs, le sureau noir est une des espèces d’arbres les plus appréciées aussi bien par les insectes que par l’homme. Les premiers sont attirés par ses larges inflorescences parfumées, le second aussi par ses fruits, son écorce et la moelle du bois. Les feuilles sont composées et opposées et la floraison et en fin de printemps. Attention de ne pas le confondre avec le sureau Yèble, toxique, qui produit des tiges annuelles, hautes mais jamais ligneuses. CIRSE LAINEUX (Cirsium eriophorum, famille des Astéracées). Le capitule du cirse laineux est une merveille d’architecture végétale avec ses épines disposées en spirales, noyées dans un dense tomentum blanc. Les fleurs qui en naissent d’un beau rouge pourpre. Ce chardon au port buissonnant est bisannuel : il dépasse 1 m au moment de la floraison, estivale, et les capitules peuvent atteindre 8 cm de diamètre. SENEÇON A FEUILLES D’ADONIS (Senecio adonidifolius, famille des Astéracées). Parmi les nombreuses espèces de séneçons de la flore française, celui-ci se reconnaît facilement à ses feuilles très finement découpées en nombreux segments presque filiformes. Haute de 50 à 70 cm au moment de la floraison, en été, c’est une plante vivace des landes et rochers, uniquement sur terrain siliceux ; elle est d’ailleurs commune essentiellement dans le Massif Central.
SENEÇON VULGAIRE (Senecio vulgaris, famille des Astéracées). Cette annuelle est extrêmement commune dans tous les milieux ouverts et perturbés. Elle peut pousser et fleurir pratiquement toute l’année. C’est une des rares espèces de séneçons ne portant pas de fleurs en ligules mais seulement des fleurs en tubes. Ses graines à aigrettes blanches, font le bonheur des passereaux et assument une dissémination importante. COULICHON (Cucubalus baccifer, famille des Caryophyllacées). Il s’agit d’une liane à souche vivace que l’on rencontre essentiellement dans les haies denses. Parmi les autres représentant de la famille, elle se distingue facilement par son fruit qui est une baie, noire à maturité, alors que dans les autres genres il s’agit de capsules, sèches, remplies de nombreuses petites graines. Autre caractéristique très visible : les 5 pétales sont écartés les uns des autres et bifides. BRUNELLE COMMUNE (Prunella vulgaris, famille des Lamiacées). Petite plante herbacée vivace mais à vie courte, elle est fréquente dans des prairies basses mésophiles (ni trop sèches, ni trop humides) y compris dans les jardins. De petite taille, 20-30 cm, elle forme des épis serrés de petites fleurs violet-mauve, avec la forme typique des Labiées, notamment la lèvre supérieure en casque ; les feuilles sont ovales et entières. La floraison est printanière. AJONC NAIN (Ulex minor, famille des Fabacées). Le plus souvent ce petit arbuste densément épineux et aux tiges laineuses, présente essentiellement des tiges étalées au sol. Les fleurs d’un jaune vif, sont moitié moins grandes que chez le grand ajonc (Ulex europaeus), l’autre espèces de la région. L’ajonc nain est un arbuste des landes siliceuses.
VIOLETTE ODORANTE (Viola odorata, famille des Violacées). Plante herbacée vivace, se propageant essentiellement par drageons, la violette odorante est une des fleurs les plus populaires, accompagnée de toutes sortes de symboles. Dans la pratique, c’est une espèce très résistante présente dans de nombreux biotopes, à floraison étendue, non seulement au printemps mais souvent aussi en automne et en plein hiver. Elle est toujours parfumée, contrairement à quelques espèces voisines, On rencontre des populations à fleurs d’un blanc pur. Les graines sont souvent disséminées par les fourmis. PICRIDE FAUSSE-VIPERINE (Picris echioides, famille des Astéracées). Parmi les nombreuses Composées à fleurs jaunes et produisant un suc laiteux à la brisure, celle-ci se distingue aisément par les nombreuses pustules blanches hérissées d’une soie raide que portent les grandes feuilles basales : elle rappelle ainsi les Vipérines et d’autres plantes de la famille des Boraginacées. Cette herbacée annuelle d’une hauteur maximum de 1 m, pousse dans les terrains fraichement remués et fleurit en été. MATRICAIRE  INODORE (Matricaria perforata [= Tripleurospermum maritimum], famille des Astéracées). Les « camomilles » et genres voisins sont souvent difficiles à distinguer et, en outre, donnent lieu à des discussions entre les spécialistes de la nomenclature botanique. Celle-ci se reconnaît entre autres à ses feuilles découpées en lobes linéaires, totalement inodores, et ses capitules devenant sphériques et restant pleins à la maturité. Pouvant atteindre 50-60 cm de haut, c’est un hôte des terrains remués, chez nous plus particulièrement des labours et prés secs. Elle n’a aucun intérêt médicinal. Annuelle, elle fleurit longuement du printemps à l’automne. VERGERETTE DU CANADA (Conyza canadensis, famille des Astéracées). C’est une plante nord-américaine devenue cosmopolite grâce à sa grande souplesse écologique ; on la rencontre d’ailleurs le plus souvent sur des sols pauvres, des décombres, où elle se comporte souvent en pionnière. Annuelle pouvant atteindre 1 m de haut, elle est extrêmement ramifiée au niveau de l’inflorescence ; les capitules, à ligules blancs, sont très petits (5 mm de long seulement). Floraison estivale et automnale.
PETIT OXALIS JAUNE (Oxalis corniculata, famille des Oxalidacées). D’une dizaine de centimètres de haut et avec des tiges frêles, cette petite herbacée a toutefois une croissance rapide et a tendance à envahir nos jardins ; en effet elle est radicante, c’est-à-dire que, au contact du sol, des racines de forment au niveau des nœuds des tiges.  Le feuilles sont caractéristiques du genre, avec trois folioles en cœur disposées radialement au sommet des longs pétioles. Les fleurs sont jaunes, d’environ 1 cm de diamètre et apparaissent longuement du printemps à l’automne. RENOUEE A FEUILLES DE PATIENCE (Polygonum lapathifolium, famille des Polygonacées). Cette plante herbacée pousse en masse dans les fossés périodiquement inondés et autres lieux humides. Les tiges sont terminées par 2 ou 3 inflorescences en épi d’un rose vif ; la floraison commence au début de l’été et se prolonge en automne. Les feuilles dont la forme rappelle celles du pêcher, portent souvent une large tâche brunâtre en leur milieu, caractère que l’on retrouve chez plusieurs des espèces voisines. BRYONE (Bryonia dioica, famille des Cucurbitacées). Il s’agit d’un des deux seuls représentants sauvages dans notre pays, de cette famille essentiellement tropicale qui comprend quelques espèces largement cultivées : melons, citrouilles et autres concombres. Cette liane fréquente dans les haies, est issue d’une grosse souche charnue et porte des feuilles velues, généralement à 5 lobes, sur des tiges volubiles et munies de vrilles. Les fleurs d’un blanc verdâtre, donnent des baies rouges de la taille d’un petit pois. Attention, de croissance rapide et rapidement envahissante, toute la plante est fortement vénéneuse. PETITE CIGUE (Aethusa cynapium, famille des Apiacées). Annuelle herbacée de seulement quelques décimètres de haut, la petite ciguë doit être connue : il ne faut en effet pas la confondre avec le persil, car elle est vénéneuse. Ses feuilles sont cependant plus minces et plus découpées, mais certaines formes du persil cultivé le sont aussi ; en outre, d’une écologie assez large, on la trouve souvent dans les jardins potagers. Une fois fleurie, plus de confusion possible avec la plante aromatique ; cette dernière a des fleurs jaune verdâtre tandis qu’elles sont d’un blanc pur chez la ciguë.
PARIETAIRE (Parietaria judaica, famille des Urticacées). Parente des orties, la pariétaire est un hôte des murs de pierre et des décombres. Plante vivace à tiges rougeâtres fragiles, elle varie souvent d’aspect selon les conditions du milieu ; notamment la taille des feuilles s’étage d’un à cinq ou six centimètres. Ne disparaissant pas l’hiver sauf en cas de gel prononcé, cette plante velue donne des fleurs peu visibles groupées à l’aisselle des feuilles, en été et en automne. Le pollen est fortement allergogène dans certaines régions mais la plante est cependant comestible. CAPILLAIRE DES MURAILLES (Asplenium trichomanes, famille des Aspléniacées). Cette petite fougère vivace et persistante, est très fréquente dans les rochers plus ou moins fissurés et les murs, quelle que soit leur nature géologique. Les feuilles d’une longueur maximum d’une vingtaine de centimètres, portent de très nombreuses divisions oblongues, alignées en deux séries régulières de part et d’autre d’un axe fin, noir, appelé rachis. Le dessous de ces folioles porte de 6 à 8 sporanges abritant elles même de très nombreuses spores. Cette espèce a été divisée en de nombreuses sous-espèces et variétés, ce qui traduit sa grande variabilité morphologique. EUPHORBE NAINE (Euphorbia peplus, famille des Euphorbiacées). Plante annuelle atteignant au plus 10 cm de haut, elle apparaît précocement au printemps dans les terres incultes plus ou moins nues avant l’explosion végétale d’avril-mai. Le plus souvent la tige est unique ; elle porte des feuilles ovales, alternes, qui virent au rougeâtre en vieillissant, de même que la tige. LOTIER CORNICULE (Lotus corniculatus, famille des Fabacées). Il s’agit d’une plante très fréquente le long des routes où elle est bien visible grâce à ses inflorescences denses et d’un jaune éclatant. D’une hauteur de 30 cm, cette espèce se caractérise par des feuilles à 3 folioles, accompagnées de 2 stipules à la base du pétiole ; en outre le fruit est une gousse parfaitement cylindrique et droite, rougeâtre comme le calice au début, puis brune (longueur : 4 cm). Printemps-été.
LINAIRE DES MURS (Cymbalaria muralis, famille des Scrophulariacées). Petite plante vivace herbacée à floraison pratiquement continue toute l’année, elle égaye les murs de pierres aussi bien calcaires que siliceux. Les petites feuilles (1 cm de diamètre au maximum) sont lobées, lisses et portent un fin liséré rouge. Les fleurs sont semblables en plus petit, à celles des mufliers et sont d’un beau violet alternant avec un centre blanc. GALINSOGA A PETITES FLEURS (Galinsoga parviflora, famille des Astéracées). Originaire d’Amérique et d’abord cultivée comme curiosité botanique au XVIIIème siècle, cette plante se trouve maintenant dans toute l’Europe où elle se comporte en rudérale, affectant les milieux anthropisés. Annuelle de petite taille, elle porte quelques rares feuilles opposées, d’assez grande taille et, au contraire, de petits capitules (5 mm au mieux) composées de quelques ligules blancs entourant les fleurs tubulaires jaunes. HELLEBORE  FETIDE (Helleborus foetidus, famille des Renonculacées). Cette vivace est voisine de la « Rose de Noël » dont elle a les feuilles palmées, persistantes, assez coriaces, et les fleurs sans pétales mais avec 5 sépales bien développés ; ces derniers sont vert clair, avec un fin liseré rouge. Hôte des lisières et des bois clairs, cette belle (très) vénéneuse peut atteindre 75 cm de haut. La floraison est hivernale. CARDAMINE  HIRSUTE (Cardamine hirsuta, famille des Brassicacées = Crucifères). Il s’agit d’une petite plante annuelle très fréquente dans tous les milieux secondaires : jardins, bords de chemins, murets … où elle apparaît et fleurit dès le milieu de l’hiver. Le nom hirsute est un peu trompeur car la pilosité n’existe qu’à la base de la plante. Les feuilles portent 5, 7 ou 9 lobes, le terminal étant le plus long.
ALLIAIRE (Alliaria petiolata, famille des Brassicacées = Crucifères). Le nom de cette grande herbacée printanière est dû au goût alliacé de ses feuilles ; celles-ci sont globalement triangulaires, avec de grosses dents sur les bords. Bisannuelle, elle émet une grande tige florale (jusqu’à près de 1 m), parfois ramifiée quand les conditions sont favorables. Les petites fleurs sont blanches. Elle est très commune le long des chemins et des fossés. SAXIFRAGE A TROIS LOBES (Saxifraga tridactylites, famille des Saxifragacées). Très petite plante annuelle atteignant difficilement 10 cm de haut, elle pousse rapidement sur les murets et autres milieux présentant un sol rudimentaire. Les feuilles, plus nombreuses à la base, se terminent par 3 lobes (parfois 5) disposés comme des doigts. Les fleurs blanches comportent 5 pétales. La floraison est printanière. PATURIN ANNUEL (Poa annua, famille des Poacées = Graminées). C’est une des graminées les plus précoces puisqu’elle apparaît et fleurit dès l’hiver dans nos jardins. C’est aussi une des plus faciles à reconnaître grâce à son port en cercle aplati (une vingtaine de centimètres de diamètre) virant rapidement au jaune dès la maturation des graines. Ecologiquement très tolérante, cette espèce effectue plusieurs cycles complets tout au long de l’année. BUGLE RAMPANT (Ajuga reptans, famille des Lamiacées). Parmi les Labiées dont les fleurs sont généralement formés de 2 « lèvres » d’où l’ancien nom de la famille, les Ajuga se distinguent par l’absence de la lèvre supérieure. Le Bugle rampant doit son nom à sa capacité d’envahir rapidement les pelouses arrosées grâce à ses drageons. L’inflorescence, dressée et non ramifiée, atteint 15 cm au maximum ; les fleurs sont d’un bleu-violet profond, teinte qui affecte aussi les feuilles supérieures (bractées). Printemps.
AUBEPINE A UN STYLE (Crataegus monogyna, famille des Rosacées). Ce petit arbre est un des éléments incontournables des haies. Atteignant 5 m au maximum, il porte des épines ligneuses et, au printemps, de très nombreuses fleurs blanches, odorantes, groupées en corymbe ; ces fleurs sont, en phytothérapie, un des meilleurs remèdes pour réguler la tension artérielle. Les petits fruits rouges qui leur succèdent sont appréciés des oiseaux mais sont bien fades pour l’homme. GERANIUM DES PYRENEES (Geranium pyrenaicum, famille des Géraniacées). D’une hauteur de 50 cm, ce géranium, vivace par sa souche, porte des feuilles arrondies, lobées et velues comme l’ensemble de la plante fleurie. La floraison débute au printemps mais se poursuit souvent tout au long de l’été. Les fleurs d’un diamètre d’1 cm environ, sont mauve-violet tirant souvent vers le bleu. Elle est assez fréquente au bord des chemins et dans les prairies naturelles pas trop sèches.  
 

Mairie de Cassagnes-Bégonhès - 22 avenue de Lodève 12120 Cassagnes-Bégonhès - Tous droits réservés. http://www.cassagnes-begonhes.fr/public/perso/enveloppe.jpg Nous contacter ImaWeb  &  A GE D I